Vous êtes ici

Hernie inguinale

La hernie inguinale se manifeste sous forme d’une tuméfaction au niveau de l’aine, entre l’abdomen et la cuisse. Ce phénomène se produit lorsque l’intestin se déplace dans un orifice abdominal. La grosseur, d’une taille modérée dans un premier temps, peut rapidement augmenter en volume,
entrainant des risques accrus.

La hernie inguinale est la forme la plus fréquente des hernies. Elle peut apparaitre à tout âge et dès la naissance. Toutefois, la hernie inguinale concerne nettement plus les hommes que les femmes.

Les causes d’apparition de la hernie inguinale

Chez le nourrisson, la hernie inguinale est d’origine congénitale. Il arrive que le canal péritonéovaginal, qui doit se refermer avant la naissance, reste ouvert. La hernie est causée par le passage de l’intestin grêle dans l’orifice du canal péritonéo-vaginal. Chez l’enfant ce sont les garçons qui sont le
plus souvent sujets à cette pathologie congénitale.

Chez l’adulte en revanche, les causes sont nombreuses. Elles peuvent être liées à la répétition de certains mouvements, à un problème de surpoids ou encore à la constipation. On distingue alors deux types de hernie inguinale chez l’adulte :

  • La hernie directe, qui apparait à cause d’une faiblesse des muscles des abdominaux
  • La hernie indirecte, qui apparait via l’orifice inguinal profond

Les symptômes de cette pathologie

À l’apparition de la tuméfaction dans l’aine, le patient ne ressent pas de douleurs particulières. La hernie inguinale peut se développer et causer de nombreux symptômes :

  • Gonflement de la grosseur : dans des stades avancés, ce gonflement peut entrainer des difficultés pour se déplacer ou encore des troubles digestifs
  • Douleurs dans la réalisation d’efforts physique, en portant des objets lourds, en toussant
  • Sensation de brûlures

Dans des cas extrêmes, il arrive que l’on constate un étranglement de l’intestin. Ceci entraine de fortes complications comme des nausées, des vomissements et d’intenses douleurs intestinales. C’est un cas d’extrême urgence qui nécessite d’être hospitalisé au plus vite.

Le traitement de la hernie inguinale

Le traitement chirurgical n’est pas toujours indiqué pour traiter la hernie inguinale. En effet, dans son stade précoce, la hernie inguinale dite « réductible » peut simplement être manipulée par un spécialiste. Dès lors, le patient devra être suivi afin de veiller à ce que la hernie ne se développe pas.

Dans les stades plus avancés, il faudra avoir recours à la chirurgie. Le choix de la technique chirurgicale appropriée dépendra du stade de la hernie, de l’âge du patient et, bien entendu, de son état de santé général.

La plupart du temps, c’est la technique de Shouldice qui sera privilégiée pour traiter la hernie inguinale. Elle permet de soigner la hernie sans avoir recours à une prothèse et réduit drastiquement le risque de récidive.

La coelioscopie et la laparoscopie peuvent également être indiquées pour traiter la hernie inguinale.

Ces techniques mini-invasives favorisent la récupération du patient, les douleurs sont modérées et la cicatrisation est plus rapide.

Le déroulement de l’intervention chirurgicale

À la veille de l’intervention, le patient devra jeuner dès minuit. S’il suit un traitement médicamenteux, il conviendra de le mettre en pause avant l’opération. La date d’arrêt devra être déterminée après avoir échangé avec le chirurgien et l’anesthésiste.

La technique d’intervention classique impose au chirurgien de réaliser une incision de 10 cm entre l’abdomen et la cuisse afin de traiter la hernie inguinale. Si cette technique est efficace, elle entraine très souvent des douleurs post opératoires chez le patient.

La cure de hernie inguinale par voie coelioscopique permet de favoriser la récupération du patient et d’accélérer le processus de guérison. Cette chirurgie herniaire coelioscopique nécessite de pratiquer plusieurs incisions de 5mm qui vont permettre d’insérer dans la paroi abdominale la caméra et les instruments requis pour l’intervention. Le chirurgien pourra alors replacer le sac herniaire au sein de la cavité abdominale puis combler l’orifice à l’aide d’une prothèse souple.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure trente minutes en moyenne. En revanche, l’anesthésie générale ne sera pas systématiquement indiquée pour une intervention de chirurgie classique.

Les suites de l’intervention

Après l’intervention chirurgicale, le patient devra patienter 4 à 5 semaines avant de regagner une activité physique normale. Dans l’ensemble, les suites opératoires sont limitées, le patient pourra ressentir de la fièvre, des douleurs ou constater des hématomes.

Le patient peut également constater l’apparition d’un sérome quelques jours après l’opération. Il s’agit d’un gonflement à l’emplacement de la hernie traitée, généré par une accumulation de liquide.
Généralement, le sérome se résorbe naturellement après plusieurs jours.

Il devra également prendre de nombreuses précautions pour favoriser sa récupération :

  • Avoir le dos droit et plier les genoux lorsqu’il doit se baisser
  • Maintenir sa paroi abdominale avec ses mains lorsqu’il tousse ou éternue
  • Privilégier les douches pour favoriser la cicatrisation