Vous êtes ici

Fistule anale

La fistule anale, ou fistule ano-rectale, est une pathologie du domaine de la proctologie. Elle est causée par une communication anormale entre le canal anorectal et la zone périanale.

Le « trajet fistuleux » est créé par l’infection des glandes du canal anal. Cette infection va creuser un tunnel qui va traverser le sphincter, favoriser l’écoulement de pus et former un bouton sur la surface cutanée.

Les causes de cette pathologie

L’hygiène ou l’alimentation du malade n’entrent pas en jeu dans l’apparition de la fistule anale.

En revanche, certaines pathologies de l’appareil digestif telle que la maladie de Crohn favorisent l’apparition de la fistule anale. C’est également le cas pour les pathologies suivantes :

  • Abcès péri-anal mal drainé
  • Néoplastie
  • Tuberculose
  • Rectocolite ulcérohémorragique

La pathologie peut toucher aussi bien les hommes que les femmes, quel que soit leur âge.

Les symptômes de la fistule anale

La fistule anale laisse apparaitre une boule rouge, inflammatoire, à proximité de l’anus. Cette grosseur laisse s’écouler du pus (prurit anal), entrainant de fortes démangeaisons de l’anus pour le patient. Outre le pus, il arrive que les selles puissent également s’écouler à travers la fistule.

En temps normal, la fistule anale n’est pas particulièrement douloureuse. Le patient pourra toutefois ressentir une forte gêne au cours de la défécation.

L’inflammation peut se compliquer et créer un abcès de la marge anale, empêchant le patient de s’asseoir. Il rencontre également de fortes montées de fièvres.

Traitement de la fistule anale

Les fistules anales ne guérissent jamais naturellement, elles ne peuvent pas non plus disparaitre avec une simple prise d’antibiotiques. L’intervention chirurgicale constitue le seul traitement viable pour cette pathologie.

Le but de l’intervention chirurgicale sera de déterminer et de corriger le trajet et l’origine de la fistule.

L’opération se déroule en deux étapes :

  • Traiter la suppuration et la glande infectée pour éradiquer les risques de récidives.
  • Veiller à maintenir la continence anale.

L’intervention sera réalisée en deux temps si le trajet de la fistule est trop profond. Le patient sera bien entendu informé de cette possibilité au préalable.

Déroulement de l’opération chirurgicale

Avant l’intervention, le patient devra veiller à prendre des laxatifs dans le but de ne pas avoir de selles dures après l’intervention. Il devra également procéder à un lavement ou à la prise de suppositoire évacuateur. Autre précaution à prendre : uriner avant l’opération pour réduire les complications
postopératoires.

La première étape de l’opération pour le chirurgien sera de repérer la fistule anale puis de déterminer son trajet. Une fois ce trajet identifié, le chirurgien y insérera un stylet métallique afin d’analyser le volume du sphincter qu’il conviendra de traiter. S’il fait face à une fistule anale de petite taille, il pourra procéder à une mise à plat immédiate, la continence anale a peu de risques d’être touchée. La procédure serait alors terminée.

En revanche, si la fistule anale est profonde, la mise à plat immédiate n’est pas réalisable : elle risquerait d’endommager la fonction de continence anale. Le praticien devra drainer le trajet fistuleux à l’aide d’un séton (fil élastique) afin d’assécher ses ramifications. Le patient devra alors attendre plusieurs semaines avant de pouvoir procéder à la deuxième étape de ce traitement chirurgical.

Cette deuxième étape pourra être réalisée de plusieurs manières différentes. Le choix de la technique sera indiqué selon les conditions opératoires et le type de fistule à traiter :

  • Fistulotomie : Section du trajet fistuleux matérialisé par le séton préalablement posé au cours du drainage.
  • Fistulectomie avec lambeau d’abaissement muqueux : La section du sphincter n’est pas requise, le risque d’incontinence anale est fortement réduit.
  • Fistulectomie avec lambeau d’abaissement et encollage du trajet fistuleux par de la colle biologique.

Au terme de l’intervention, il n’est pas rare que les patients gardent un lien élastique autour de leur anus pendant plusieurs jours afin de favoriser la cicatrisation des muscles de la continence anale.

Le traitement de la fistule anale est réalisé sous anesthésie générale la plupart du temps. L’anesthésie loco-régionale peut également être indiquée dans certains cas. La durée de l’intervention est d’une vingtaine de minutes en moyenne.

Pour en savoir plus sur la fistulotomie, consultez notre fiche d'information

Pour en savoir plus sur la l'obturation d'une fistule anale, consultez notre fiche d'information

Les suites de l’intervention de la fistule anale

Après l’intervention chirurgicale, le patient se verra prescrire des médicaments pour lutter contre la douleur ainsi qu’un traitement pour favoriser le transit intestinal.

L’alimentation peut être reprise normalement et aucun régime n’est imposé au cours de la convalescence.

Le patient devra veiller à maintenir le rectum propre et sec afin de ne pas nuire au processus de cicatrisation.

Même si les complications sont rares, elles peuvent survenir dans certains cas :

  • Troubles de la continence anale
  • Récidive de fistule anale

Le patient peut être arrêté jusqu’à 6 semaines après l’opération chirurgicale.